Forum zeldaïque français
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fic de Admin

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Roi(eine) d'Hyrule
Roi(eine) d'Hyrule
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2499
Age : 24
Localisation : dans le grand chateau Administrehus XVI!!
Date d'inscription : 14/10/2006

MessageSujet: Fic de Admin   Mer 11 Juin 2008, 23:59

Quoi kesako?
Notre admin, il écrit?
Il est fou?
Non c'est moi qui suis fou!
AAH c'est un cauchemar je vais me réveiller, AAAAAAAAH!

Je tient a dédier cette Fiction qui n'est pas en lien avec Zelda
a tout les membres du forum qui m'ont par leurs réalisation
écrites ou leur blagues et leur sympathie pouss
é a m'y mettre.
Merci...

Chapitre 1 - Ferden





Une légère brise parcourait la plaine d'Anole, faisant onduler l'herbe et les arbres dans une harmonie sans faille.
Un jeune garçon aux cheveux châtains se tenait là, l'esprit perdu dans la beauté du paysage qu'il avait devant lui.
Le vent lui caressait le visage, le temps semblait figé et il aurait souhaité que cela dure une éternité.
Il était debout et lorsque l'on le regardait de plus près on distinguait des rêves dans ses yeux couleur bleu ciel.
Il rêvait de milliers de choses en même temps, il s'inventait un monde à lui, il en détenait la clef et en était le maître.
La plaine d'Anole était une suite de colline recouverte d'herbes folles. Les dunes se perdaient si loin que l'on n’en voyait pas le bout.
Le paysage était fascinant, les feuilles mortes roulaient sur l'herbe et parfois saisissaient un léger courant d'air qui les faisait planer.
Ferden était figé, le paysage et lui se fondant complètement pour finalement ne faire qu'un.
Il ne semblait pas malheureux ou en colère, mais ne semblait pas non plus heureux.
Il réfléchissait et explorait les univers qu'il se créait lui même dans sa tête.



Vêtu d'une chemise blanche ou de moins ce qui pouvait le plus ressembler à une
chemise blanche mais sans boutons, sans col et que l'on aurait oublié de laver depuis
trop longtemps.
Ainsi il était vêtu d'une prétendu chemise et d'une sorte de pull qui ressemblait plus à
un morceau de chiffon avec des trous qu'à un habit.
Ses jambes n'avaient pas à se plaindre car le pantalon de toile qui les protégeait était plutôt
confortable même s’il était recousu à plusieurs endroits et n'avait pas souvent été lavé.
Ainsi était Ferden, un adolescent de 13 ans qui ne semblait avoir qu'une envie : s'évader!

Une femme approcha. Elle avait une chevelure blonde qui lui donnait, même si elle n'était
ni superbe ni très jeune, une grâce rare.
Il se dégageait d'elle une aura qui imposait le respect.
Ses yeux d'un bleu ciel aussi intense que ceux du garçon, fixaient ce dernier.
Elle approcha sa bouche de son oreille et murmura:
- Ferden il faut rentrer, il va faire nuit dans peu de temps.
- Oui j'arrive, répondit-il.
Puis le regard de Ferden se détourna non sans regret de l'immensité de la plaine et il ne pus que suivre sa mère vers son foyer, chaque pas l'éloignant encore plus de cet endroit qui lui inspirait tant de choses.
Ferden et sa mère habitaient une maison à l'orée de la cité de Nad'Hamar une des principales du royaume d'Enhen.
Elle était plutôt en bon état ce qui était rare mais explicable car le défunt père de Ferden avait donné tout ses biens à sa mère 10 ans plus tôt.

Ferden dîna dans une petite salle étroite qu'ils avaient aménagé sa mère et lui afin d'être plus proches.
Ils plaisantèrent sur divers sujets mêlant l'odeur des plats cuisinés à la bonne humeur.
Le dîner se déroula dans la joie et lorsqu’il fut vraiment fatigué sa mère l'envoya se coucher.
Il monta sans manquer d'embrasser sa mère et s'endormit aussitôt après, vaincu par la fatigue.
Lorsqu’il se réveilla aux premières lueurs du jour, il se prépara pour aller à ce que l'on pouvait le plus appeler une école si l'on oubliait que ce n'était pas obligatoire et que les enseignants n'avaient pas tout à fait le même programme scolaire.
Le voyage fut comme tous les jours, plutôt court, et il arriva sans peine au lieu dit.
Il salua deux professeurs et se dirigea vers une grande perche musclée entourée de filles.

Athan était très occupé à expliquer à ces filles, d'une vivacité d'esprit limité et d'une naïveté exaspérante,
qu'il avait des choses à faire et qu'il devait y aller.
Elles firent une mimique, vexées mais obéissantes et partirent.
Avant d'être à nouveau en contact avec ces habituels prétendus amis il vérifia que personne ne le regardait, marcha discrètement vers un des murs, passa derrière pour n'être vu de personne, glissa et se retrouva nez à nez avec un garçon châtain aux yeux bleus.

Ferden dévisagea Athan et lui sourit, ce dernier lui rendit son sourire.
Ils se dirent bonjour et presque comme toujours, Ferden l'interrogea:
- Alors Athan avec laquelle vas-tu conclure ?
- Aucune, elles sont trop stupides à mon goût.
- Mais c'est sérieux au moins?
Athan réfléchit un instant puis répondit:
- Tu vois Ferden tout est relatif, pour elles, c'est sérieux, mais pour moi non!
- Comme d'habitude quoi, conclut Ferden.
- Presque mais cette fois quand elles m'ont demandé, je leur ai donné ton adresse.

Ferden pâlit. C'était le genre de blagues qu'il détestait, les blagues qui l'exposaient au grand jour et le forçaient à paraître devant un groupe qui le prendrait pour un pauvre type.
Cependant l'avis de ce genre de gens ne représentait pas grand chose pour lui.
Il garda donc son sang froid et ne répondit pas.
Il pensait: "Calme...ce n'est...qu'une...blague...calme..."
Finalement il décrocha deux mots:
- Tant pis.

Athan avait des yeux marrons, des cheveux brun sombre et un visage serein.
Un corps plutôt musclé, grand naturellement.
Tout cela aurait été encore supportable pour les autres élèves masculins s’il n'avait pas été aussi beau.
Effectivement il était d'une finesse de traits rare, un mélange si bien réussi de grâce et de férocité se dégageait de son visage.
Évidemment cela ne manquait pas de plaire aux filles, à toutes les filles!
Il aurait été horrible qu'un garçon comme lui soit prétentieux et méchant mais son extrême bonté et sa modestie le mettaient a l'écart de tout, tout sauf la jalousie.
Ainsi il y avait deux camps, ceux qui l'appréciaient vraiment et ceux qu'il rendait malade de jalousie à chaque instant.
Il était habillé de ce que l'on aurait aujourd'hui qualifié de pauvre ou minable.
Mais cela ne représentait qu'une preuve de la richesse de ses parents à cette époque :
Une veste de toile plutôt propre, un gilet de laine finement cousu et un pantalon noir.
Il avait aussi la chance d'avoir des chaussures de cuir, plutôt discrètes, mais de bon goût et très confortables.

Ainsi les deux amis discutèrent jusqu'à l'heure du début des "enseignements" qui étaient des cours.
Ils marchèrent dans l'enceinte de l'établissement qui les abritait. Les murs étaient d'un mélange de paille de rocs et d'argile, le sol était de terre et le toit en bois... C'était bien sûr la plus chic école de toute la cité !
Plusieurs colonies de fourmis avaient élu domicile dans les coins et seules les classes étaient entretenues.
Ils arrivèrent devant une intersection et Ferden, par inattention, rentra dans un enseignant.
Celui s'excusa, Ferden fit de même et il l'entraîna en lui disant: "Suis moi le chef veut te parler".

Athan se raidit : être envoyé chez le chef n'était pas souvent une bonnenouvelle. Plusieurs possibilités demeuraient, soit Ferden avait fait une énorme bourde et serait renvoyé soit il avait utilisé des objets
dangereux dans l'enceinte de l'établissement et serait sermonné.
Il restait encore la troisième solution et Athan priait pour que ce soit celle-ci !

Berghen ricana:
- Ferden chez le chef qui l'aurait cru.
- C'est bizarre quand même... ajouta un des élèves.
- Non ça ne m'étonne pas il n'a sûrement plus d'argent pour payer l'établissement.

Là, tous rigolèrent !
Athan ne le supporta pas mais garda son calme et évita de montrer son désaccord. C’était lâche mais Ferden savait qu'il devait faire comme ça pour avoir un minimum d'autres amis. Autant dire que Ferden n'était pas seulement ignoré, il était haï par la plupart des "Gros Bras" et il avait la sale manie de les provoquer sans jamais passer la ligne qui leur permettrait de le taper.
Ainsi personne ne pouvait vraiment lui parler sans être insulté par les caïds.

Ferden revint, une bourse en main.
Afin de d'informer Athan de ce qu'il s’était passé, puisqu’il ne pouvait le faire directement, il déclara à voix haute :
- Une bourse pour mes bonnes notes...
Tous tournèrent la tête et l'ignorèrent. Athan tourna la tête mais n'ignora pas et pensa "Bien joué Ferden!". Puis tout repris son cours, l'enseignant les invita à prendre leur cours du jour et Ferden choisit la magie.
Athan, lui, prit escrime. Ils se séparèrent donc, chacun de leur côté.

Le cours de magie commença. Il y avait 7 élèves, Ferden ne s'était jamais vraiment trouvé fort en magie, il avait juste une attirance pour cette matière plutôt qu'une autre.
Aujourd'hui ils passèrent à une nouvelle leçon intitulée "Accumulation".
L'enseignant commença:
- Comme vous le savez tous, il existe une phase avant la volonté elle même, cette phase s'appelle l'accumulation.
Elle consiste à réunir la volonté au bon point et à préparer un "terrain de sortie". Aujourd'hui je vais essayer de vous faire découvrir cette phase !

-Monsieur on va faire la pratique aujourd'hui alors ? demanda un des élèves.

L'enseignant sourit derrière ses lunettes en demi lune, renvoyant un regard d'approbation et déclara:

-Oui, aujourd'hui nous allons faire un cours pratique!

Une suite de "OH" et de "AH" parcourut la salle. Ferden était au comble du bonheur il songeait:
"Parfait on va enfin s'amuser!"

L'enseignant distribua des prospectus sur lesquels était écrit la façon d'arriver à ce résultat. Ferden lut plusieurs fois, comprit qu'il fallait se concentrer, sentir la volonté et la faire jaillir au point culminant, en
l'occurrence l'extrémité de sa paume. Ainsi il fit ce qui était écrit.
Le flux constant était là, Ferden le sentait mais ne parvenait pas à le toucher.
Il réfléchit: "Sentez la, elle viendra", ces mots parlaient d'eux mêmes mais il ne parvenait pas à l'appliquer.
Il resta ainsi dans cet état une vingtaine de seconde et finalement il trouva celui qui convenait. L'énergie jaillit, Ferden s'étonna même d'en sentir autant. Le flux était en fait de la volonté, une volonté si puissante qu'elle avait prit une forme énergétique, la magie.
La magie n'obéissait qu'à l'être dont elle était issu et était lié à sa personnalité et à son aptitude à la magie.
Ainsi Ferden sentit le flux lui parcourir la colonne vertébrale, l'énergie s'accumuler et parvenir finalement à sa paume. Là, ce fut bien moins spectaculaire que ce à quoi il s'attendait : une petite étincelle
jaillit de sa main et se dissipa.
Toute la volonté était revenue à sa place.

Ferden fut juste déçu. Il leva les yeux et regarda autour de lui.
Tout le monde le fixait. Son esprit analysa rapidement les possibilités :
soit il avait fait une bourde, soit quelque chose d'extraordinaire. Son enseignant balbutia:
-Ferden tu...tu as réussi...du premier coup...
-Eh ben j'ai suivi les instructions à la lettre et je...
-Et tu as réussi, termina l'enseignant.
Il le fixait de ses yeux gris mais on y discernait de la crainte et du respect. Jamais en trente ans de carrière cet enseignant n'avait vu un élève réussir avant une semaine, alors du premier coup...
Il resta ainsi bouche bée quelques secondes et sortit en courant de la classe, criant "Chef venez voir!".
Ferden était là, déconcerté mais le vrai sentiment qu'il cachait était de la fierté. Il était terriblement fier de lui et heureux. Il avait un talent, il ne pouvait plus en douter !

Ainsi la journée se déroula et Ferden devint l'histoire du jour, pour son plus grand désespoir.
Il rentra exténué car demain une journée spéciale allait commencer. Des gens allaient pour la première fois le craindre et le respecter. Ainsi après avoir dîné et s'être lavé il monta dans sa chambre et se coucha.
Il pensa, et il élabora un plan. Puis enfin il s'endormit.
Il fit une nuit pleine de rêves étranges ; il était avec sa mère dans une bulle d'air sous l'eau et il devait, pour les sauver refaire le même exploit que la veille mais il n'y parvenait pas.
Puis le rêve s'en alla laissant place a un sommeil calme.
Les étoiles brillaient désormais dans le ciel, même si personne ne le savait ici.
À des centaines de kilomètres à l'ouest, les "D" arrivaient nombreux, terrifiants et plus déterminés que jamais!

_________________
contrôle absolu
maitre créateur
Admin

poésie Marchombre

Vidéos Zelda


Dernière édition par Admin le Lun 14 Sep 2009, 09:40, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.zelda-forum.net
Admin
Roi(eine) d'Hyrule
Roi(eine) d'Hyrule
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2499
Age : 24
Localisation : dans le grand chateau Administrehus XVI!!
Date d'inscription : 14/10/2006

MessageSujet: Re: Fic de Admin   Jeu 12 Juin 2008, 23:21

Chapitre 2 - Le duel

Lorsqu’il posa son premier pas sur le sol de l'enseignement, Ferden était un garçon nouveau.
Il ne cachait plus son visage par crainte des autres. Les gens le regardaient et ne tournaient plus tout de suite la tête.
Ainsi rien ne se produisit durant la matinée, elle se déroula normalement. Il salua Athan en cachette, assista à ses cours de positionnement de la géographie des terres de Kanamah, de domptage ou ils apprirent à différencier un cerf mâle d'une femelle. Dès qu'il eut fini, il se dirigea vers une table vide pour s'installer et manger.
Les gens le regardaient, du coin de leur yeux on discernait les rumeurs qui couraient. "Un démon", "Un fils de Magicien de l'ordre".
Ferden n'y prêtait pas attention, son rôti et sa grappe de raisins l'intéressaient bien d'avantage.

Berghen se décida, il tenait une occasion de remettre Ferden à sa place. En fait, Ferden avait fait exprès de se mettre à la table habituelle de Berghen. Ce dernier s'assit et envoya valser son camarade d'un crochet droit mal placé mais dont la puissance compensa.
Il s'étala par terre. Ferden se releva, tout se passait comme il l'avait prévu. Il dit d'un ton autoritaire:
- Berghen casse toi, c'est ma place ici.
- Ah oui depuis quand?
- Depuis que je m'y suis assis avant toi.

La tension montait, ils était devenus le spectacle, cela amusait tout le monde, sauf Athan.
Il était aussi bon de savoir qu'aucun enseignant n'était présent.
Berghen rétorqua:

- Eh la mouche! Viens la chercher ta place!
- Si tu le demandes si gentiment...
Ferden se dirigea vers Berghen et le baffa.
La surprise fut de taille. Berghen se leva, il avait un tête et 20 kilos de plus que Ferden. Il était en colère, très en colère.
Berghen avait des yeux marron très foncés et des cheveux brun, une stature imposante et plus de 75 kilos à lui.
Plutôt riche il était prétentieux mais ne tapait jamais les gens pour le plaisir malgré les apparences.
-Tu as signé ton arrêt de mort, cria-t’il!
Il s'élança mais s'arrêta aussitôt, Ferden devenait dangereux...

Ferden analysa la situation. Il ne manquait plus que la baffe et Berghen serait en rogne.
Il se dirigea, la donna et elle eut l'effet désiré. Lentement il laissa sa magie venir en lui.
Le flux remonta, tout devenait une question de temps. Si Berghen le tapait avant c'était fichu.
Il sentit son torse se remplir de volonté, dirigea le tout vers la paume.
Le moment qui allait tout décider était là. Si ça marchait la magie sortirait, sinon elle ne provoquerait
que l'étincelle passagère et il serait bon pour un enterrement.
C'était un pile ou face avec la vie. La pièce tournait en l'air lentement, elle entamait sa descente.
L'étincelle arriva et à ce moment là, Ferden chercha a l'empêcher de rentrer par tous les moyens.
Cela fonctionna. Il avait désormais dans sa main une boule de volonté pure. Quiconque serait non magicien mourrait s’il la touchait. Une arme redoutable mais qui le viderait de ses forces.

La boule était faite de deux couleurs différentes, le bleu et le jaune. Les deux flottaient dans l'air tel du liquide.
Ils étaient par endroit mélangés mais restait plutôt bien distinct. Le bleu représentait la capacité magique et le jaune la volonté détenue par le lanceur. Plus une des couleurs était dominante plus le magicien était fort dans l'un des domaines.
Plus les couleurs se mélangeaient, plus le magicien était doué. Ainsi la plus puissante boule qui puisse exister était une boule verte dans son intégralité. Personne n'avait obtenu un tel résultat depuis 1000 ans.
Ferden avait fait une boule dont l'équilibre aurait impressionné n'importe quel connaisseur. En fait tous furent impressionnés.
Tous, sauf lui même qui ne connaissait rien des règles de la magie.

Berghen s'arrêta, le môme avait fait une Melienne, c'était impossible. Dans sa main Ferden sentait cette boule qui n'attendait qu'un mouvement de poignet pour partir. Les autres étaient pétrifiés, la tension était à son comble.
Finalement, sans savoir pourquoi, la boule disparut. Berghen dégaina une épée la pointa sur Ferden et chargea.
Le choc serait mortel, Ferden allait recevoir une lame de plein fouet. Elle arriva, siffla dans l'air et tinta sur une autre lame.
Berghen fut stupéfait, quelqu'un avait brandit une épée pour arrêter la sienne. Ses yeux remontèrent le long du bras responsable.
Les élèves était complètement captivés, ils n'entendirent même pas le chef venir en courant vers le lieux de la bataille.
Un silence de mort régnait dans la salle.

Athan releva son épée, Berghen le regardait étonné. Il attaqua avec une série de coups sur le flanc qui auraient été puissants pour n'importe quel autre escrimeur. Athan esquiva et contre attaqua, en trois feintes Berghen était à terre.
Il bégayait:
"Athan...toi aussi tu...le môme...tu...avec lui...enfin".
Pour toute réponse Athan lança:
- Ferden est mon meilleur ami depuis longtemps Berghen. Et toi tu ne vaut pas mieux qu'un...
- SILENCE, lança sèchement le chef
Tout le monde tourna la tête. Le chef s'était déplacé en personne pour lire un discours sur le nouveau règlement de l'établissement.
Il le lut et s'approcha discrètement des trois garçons à la fin.
Finalement, il chuchota:
-Quelle belle bataille, vous viendrez la continuer dans mon bureau demain matin.

Ainsi Ferden croyait que sa vie à l'école serait finie. Il rentra, enivré et confus, ne dîna pas et s'endormit très tôt.
Jamais il ne lui était arrivé des telles choses en une seule journée. Il avait fait une Melienne, lui un garçon de 13 ans avait créé une boule de volonté, du jamais vu. Cette nuit étoilée fut sans doute la plus belle depuis longtemps et Ferden sentait un sentiment indéfinissable monter en lui.
Il était heureux, excité et curieux en même temps. La nuit allait être le plus beau de tout les cadeaux de la journée.
En ce moment les "D" se rapprochaient, ils avaient débarqué, leur impatience augmentait et l'atmosphère était tendue. Dans quelques jours ils toucheraient au but et pourraient enfin goûter à ces terres, leurs terres!

Le lendemain il fut convoqué et lorsqu’il entra dans le bureau du chef, à côté était assis Berghen et Athan.
Il s'assit à la droite de Athan, loin de Berghen. Le chef commença son discours:
- Vous êtes responsables d'une faute grave Berghen et Ferden. Votre camarade vous a protégé Ferden, vous lui devez une vie.
- Oui monsieur.
- Très bien. Poursuivons, vous avez enfreint plusieurs règles mais aucun n'a été blessé donc vous ne risquez pas de sanctions.
Ferden fut soulagé.
- Vous avez fait preuve d'un talent remarquable, c'est pourquoi vous êtes désormais chacun dispensé d'établissement pour les deux dernières semaines de l'année.
Tous eurent une expression de joie qui traversa leurs visages.
- Pour Finir je tiens à vous préciser que dans 4 jours auront lieux ici les tournois D'Anole et que vous êtes invités à y participer, tous les trois.
Là, tous furent remplis de joie et menacèrent d'exploser. Être choisi signifiait que l'on avait un niveau très haut. Ferden garda son sang froid et Berghen eut la sagesse de filer en vitesse vers la sortie.
Ils étaient désormais libres et avaient le droit de participer aux jeux les plus connus de la province.
Oui, là ils étaient heureux.
Quand aux "D", ils continuaient d'avancer tuant tout sur leur passage. Les "D" arrivaient, il fallait trembler!

_________________
contrôle absolu
maitre créateur
Admin

poésie Marchombre

Vidéos Zelda


Dernière édition par Admin le Mar 15 Sep 2009, 11:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.zelda-forum.net
Admin
Roi(eine) d'Hyrule
Roi(eine) d'Hyrule
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2499
Age : 24
Localisation : dans le grand chateau Administrehus XVI!!
Date d'inscription : 14/10/2006

MessageSujet: Re: Fic de Admin   Lun 20 Oct 2008, 15:45

3 - Entrainement avant tout

Le lendemain a l'aube Ferden se leva, se remémorant les évènement de la veille.
Ce concours allait enfin lui ouvrir ces portes!
Il regarda a la fenêtre, le soleil commençait a se lever et le ciel était encore rose.
Il s'habilla et descendit en trombe de l'escalier sans avaler quoi que ce soit, il avait des
choses beaucoup plus importantes a faire.
Il fonça a travers la ville, ne prit même pas le temps de regarder le paysage comme il le faisait
d'habitude en allant a l'établissement.
La ville était encore au repos et les maison, faites pour la plupart de terre cuite avec des pierres
avait presque toutes les volet fermer.
Ferden déboula dans une rue marchande, il fonça pris une ruelle a droite et
déboucha sur un croisement. Il prit la gauche.
Certaines échoppes commençait a ouvrir mais les commerçant était encore somnolent.
Finalement Ferden arriva dans une grande allée et il scruta les environs.
Il était impatient et le cachait mal. Combien de temps encore aurait il a attendre?
Il s'apprêtait a chercher ailleurs lorsque une voix familière l'interpella:
-Salut Ferden!
Enfin Athan était la...

Athan avait lui aussi courut depuis chez lui ignorant tout ceux qui le saluait.
Hier il avait dévoiler a tout le monde que Ferden et lui était ami. Aujourd'hui ils allaient
enfin pouvoir être ensemble sans se cacher!
Athan pointa du doigt sa nouvelle tenue et s'exclama:
-Tu devrait te payer de nouveau fringue tu sais!
-M'ouai, mais avec quel argent?
-Tu a pas gagner un peu d'argent avec la récompense que t'a filer l'établissement?
-Si mais c'est rien, une broutille j'ai a penne de quoi me payer mes livres l'année prochaine.
-ne t'inquiète pas je m'occupe de tout!
Ferden allait protester mais c'était trop tard Athan l'entrainait vers une boutique d'articles
de combat.

La boutique était étroite, les marchandises était déposé en vrac. On y trouvait vraiment de tout,
de l'épée courte au bottes de marches en passant par l'arc en bois de chêne.
Le vendeur était plutôt petit, il avait un visage rond comme ces lunettes, le crane dégarni de
cheveux, il fixait Ferden d'un regard espiègle.
-Alors jeunes gens, je peut vous aider, demanda t'il de sa voix fine mais grave?
Ferden allait répondre qu'il n'avait besoin de rien mais Athan fut plus rapide:
-Ce jeune homme a besoin d'une garde robe disons plus... convenable!
Le vendeur ria d'un rire aiguë et alla chercher au fond de sa boutique.
Lorsque il revint il avait dans ces bras une vielle garde robe, complète certes mais pleine de poussière.
Avant même qu'il ne put ajouter un mot Athan déclara:
-Je crois que l'on ne c'est pas très bien compris, donnez moi le plus chic que vous avez pour
240 Pièce.
-Oula pardon j'ai penser que vous étiez du genre petit budget, s'excusa le vendeur.
Athan lui sourit lui expliquant que ce n'était pas grave mais qu'il devait réparer son erreur.

Lorsque le vendeur revint il avait dans ces mains une veste en cuir resplendissante, une
ceinture avec un étui a lame courte qui ne lui servirait a rien et un pantalon souple crée pour ne pas obstruer les mouvement.
Ferden ne l'avoua pas a Athan mais c'était le plus beau cadeau que l'ont pouvait lui faire.
Il s'habilla avec ces nouveaux vêtements et ressortit. Ils se dirigèrent ensuite vers le terrain d'escrime.
Athan lui conseilla de s'entrainer en magie, puisque c'était le seul élément que Ferden maitrisait bien.
Ferden lui répondit:
-Oublie sa, je n'ai pas la moindre idée de comment faire pour m'entrainer.
Athan le fixa longtemps et répondit:
-Justement, j'en ai parler a mon père et il m'a expliquer comment entrainer la magie.
Ferden tout d'un coup l'écouta attentivement, Athan reprit:
-Tu sais faire une mélienne mais a tu déjà essayer d'en créer plusieurs a la suite?
-Euu non pas vraiment pourquoi?
-Lorsque tu crée un mélienne tu puise un peu de l'énergie de ton corps, de plus comme devant Berghen tu la laisse partir dans la nature sans la dépenser.
-Je vois ou tu veut en venir, enfin je pense.
Athan continua:
-Crée plusieurs mélienne a la fois et envoie les en l'air sa améliorera ton endurance magique.
-Sa pourrait marcher, en conclut Ferden.
-C'est ce qu'a dit mon pere, que se soit vraix c'est une autre histoire.

Ainsi Athan passa la journée a s'entrainer a l'épée et Ferden âpres une dizaine de mélienne commença a sentir
la fatigue, il s'accorda une pause de une heure environ et en renvoya 10.
Il prit ensuite un rythme et fit une heure de pause entre chaque série de 10. Cependant pour ne rien perdre
du temps perdu entre les série il le passa a méditer comme il faisait en cours et finalement a la fin il réussi a en
envoyer 14 a la suite.
L'entrainement le faisait progresser il le sentait. Vers deux heures ils s'accordèrent tout les deux une pause
de 30 minute pour déjeuner. Athan sortit deux tranche de pain Elzeth. C'était un pain
très dur, blanc écarlate, il en tendit une a Ferden et déclara en mâchouillant:
-Alorch Ferchen, tu progreche?
-Oui très vite, ton père est magicien ou quoi?
-Ben Che chai pas très bien che qu'il fait.
Ferden arracha un bout de son pain et le mit dans sa bouche, il le mâcha et lorsque il eut fini il déclara:
-Ton père s'y connait en tout cas.
Athan qui avait fini de manger sa deuxième bouchée répondit:
-Très bon ce pain tu trouve pas.
Ferden remarqua qu'il avait changer de sujet mais n'insista pas et demanda:
-Oui et surtout nourrissant c'est quoi?
-Un pain Elzeth, une tranche de ce pain équivaut a un repas complet.
-Super pratique en tout cas.
Il finirent chacun leur tranche est reprenèrent leur entrainement.
Athan découvrait sans cesse de nouvelles feintes, de plus puissant coup en s'entrainant avec les
bons escrimeur, il progressait aussi très vite.
Vers quatre heure alors que Athan était dans un état de concentration intense son père arriva.
Étonné il lui bégueya:
-Papa qu'est... que..?
Mais le père répondit d'une voix calme et douce:
-Du calme Athan je vient pas pour toi.
-Quoi...mais...je, termina de bégueyer Athan.
Son père le coupa:
-Je vient pour ton ami, tu sais Ferden, tu m'a dit qu'il avait fait une mélienne.
-Oui bien sur mais pourquoi tu...
Il fut coupé une seconde fois.
-Pour lui parler Athan, juste pour lui parler.
Finalement il se dégagea de son fils et se dirigea vers Ferden.
Le père d'Athan avait un long manteau de toile grise, un visage sans émotion.
Sa barbe était comme ces cheveux, châtain, Il était un homme normal que rien ne
distinguait d'un autre si ce n'est sa corpulence impressionnante et son charisme que
l'ont sentait volontairement contrôlé.

Il s'approcha de Ferden et lui murmura:
-Bonjour jeune homme.
Ferden le regarda étrangement mais ne répondit pas, celui ci continua donc:
-Je suis le père d'Athan, il m'a dit que tu avait un penchant pour la magie.
-Oui monsieur, répondit Ferden avec le plus de respect qu'il put.
-Tu pourrais me montrer ce que tu sais faire?
"âpres tout pourquoi pas" se dit Ferden.
Il s'exécuta et envoya 11 mélienne a la suite dans les airs.
Le père d'Athan remarqua tout de même que les mélienne était plutôt puissantes.
Il en avait rarement vu de tel depuis...
Enfin qu'importait!

Il questionna Ferden:
-Tu est très doué, en est tu conscient?
-Je sais monsieur, répondit Ferden le plus stupidement possible.
Après toutes les blagues que Athan lui avait fait, décevoir un paternel ne serait
qu'une formalité.
-Je ne voulait pas te déranger, je venait juste te donner ceci.
Le père d'Athan tendit un petit livret de la taille d'un index et d'environ 50 pages toutes
très fines.
Puis il ajouta:
-J'espère qu'il te sera utile.
Ferden le remercia beaucoup et le raccompagna.
Lorsque il fut enfin seul il décida de montrer le livret a Athan mais un petit bout de lui même
le poussait a rentrer chez lui et a le lire sans en parler a qui que se soit.
Ce fut ce qu'il fit mais sans manquer de saluer Athan avant de rentrer.
Lorsque il arriva il ne raconta rien a sa mère non plus et se mit a manger les délicieux
plat qu'elle avait cuisiner.
Après avoir diné il monta s'allongea sur son lit et se mit a lire.

Le livre était écrit dans une langue étrange, des trait allant dans divers sens avec
des point noirs placée a certains endroit.
Ferden s'en aperçu et sans savoir pourquoi se mit a imaginer les mots et ce
qu'ils signifiait dans sa tête.
Plus il lisait, plus il inventait ce qui était écrit.
Il continua ainsi, comme hypnotiser par les pages et, au bout d'un moment s'arrêta net!
Ce qu'il inventait c'était vraiment écrit, il ne pouvait pas l'expliquer mais il en avait la certitude.
Il lisait cette langue!
Comment, pourquoi tant de question fusèrent dans sa tête.
Mais elles se perdirent...
Il ne donna de réponse a aucune d'elles. Il ne le put pas car il s'était déjà remis a lire...
Au fur et a mesure qu'il lisait le temps passait mais il ne le voyait même pas.
Lorsque enfin il ne put plus laisser ses paupières ouvertes plus de quelques secondes il
ferma le livre, le cacha et s'endormit.


Le lendemain, lorsque il se réveilla il éprouva une difficulté immense a sortir du lit.
Il réalisa qu'il n'avait dormi que quelques heures, six ou sept tout au plus et regarda par la fenêtre.
Le ciel était bleu clairs, le soleil y brillait déjà haut dans le ciel.
Il n'y avait aucun nuage a l'horizon et la ville émettait un
doux ronronnement due a l'activité de ces habitants. ce fut la que Ferden
réalisa qu'il était en retard, très en retard. Il fit en vitesse ce qu'il avait a faire,
avala deux pomme d'une traite et fila sans prêter la moindre attention a
ce qui l'entourait, comme la veille.
Pourvu que Athan ne lui en veuille pas, pensait il très fort.

Lorsque il déboucha enfin il aperçut son ami.
Il s'excusa d'avoir autant de retard, Athan ne lui en voulut pas.
Il continuèrent leur entrainement, Ferden consacra juste son temps de méditation
a lire son livre. La journée passa, ils avaient encore progresser. Ferden finit le
livre durant le coucher du soleil. Il savait tant de choses désormais.
Il comprenait mieux tout ce qui l'entourait, et avait découvert quelques secret
qu'il utiliserait en temps utiles.
Le livre n'apprenait que les rudiment de magie et une quantité de choses impressionnantes sur
la nature.
Ferden raccompagna Athan chez lui et avant de quitter le palier il interpella son père.

-Monsieur, j'ai votre livre.
Le père se retourna et lui souffla:
-Je t'ai demander de le lire.
-Mais je l'ai lut monsieur, affirma t'il.
Le père fit une mine agacée, il détestait qu'on lui mente.
Il reprit le livre des mains de Ferden d'un geste vif et soupe.
Il le regarda ensuite, il y vit un visage honnête.
Il ne pouvait y croire, il décida de sonder le garçon, un doute naissait en lui.
Ce qu'il vit était la vérité, il resta bouche bée.
C'était un exploit d'avoir lut le livre si vite, il le savait.
Sa tête avait tout de celle d'un enfant qui venait de découvrir comment marcher.
Ferden le sentit et frissonna de plaisir et de fierté.
Puis finalement le père tenta le tout pour le tout, même si au fond il n'y croyait
pas vraiment:
-Puis-je savoir qui sont tes parent Ferden?
-Mon père est mort peu de temps après ma naissance et ma mère
se nomme Néria.

Le père sourit, tout était clair desormais. Il avait fait une gaffe.
Pas très importante certes mais tout de même...
Il renvoya Ferden chez lui très gentiment. Tout prenait place,
le grand échiquier se remettait en place, il sentait la présence de
l'ouest qui approchait.
La nouvelle génération aussi avait droit a son heure.
Elle était encore jeune certes mais capable.
Il rentra chez lui en rêvant, déposa ses affaires et s'allongea sur un fauteuil de cuir prés de sa cheminer.
Comme lui elle songeait a tout ce qui se produirait dans si peu de
temps.
Ils devaient faire vite ils n'avaient plus que quelques mois, peut être quelques semaines...
Avant tout il devait renvoyer le livre a Ferden. Il puisa dans les dernières
sources de magie qui lui restait et le renvoya.

Athan déboula l'escalier a se moment la et se précipita vers son père.
Il avança et demanda d'un air grave:
-Papa j'ai une vrai question.
Son père fut étonnée, depuis quand Athan n'avait il pas employer le mots vrai
dans une phrase, cela cachait une demande.
Athan termina sa phrase:
-Je voudrait inviter Ferden toutes la durée du tournoi pour passer quelques jours chez nous.
Son père réfléchis, avoir le garçon a la maison l'idée le séduisait.
Il chercha la moindre raison de ne pas le faire et n'en trouva pas.
Il déclara finalement:
-Si tu veut, invite le des demain si tu souhaite.

Le lendemain fut comme tout les autres jours, ils s'entrainèrent.
Le soir venu Athan exposa l'invitation a Ferden.
La mère de Ferden ne vit aucune raison d'empêcher son fils d'aller
chez son ami.
Elle lui accorda donc cette requête elle aussi.
Il fit un petit sac dans lesquels il rangea des habits propres, ces affaires de toilettes
et quelques effets personnels.
Ils rentrèrent ensemble chez Athan incapables de contenir leur excitation.
Demain serait pour eux le plus beau jours de leurs vie.
Ils parlèrent longtemps durant la nuit et finirent par s'endormir, ensemble...


Les "D" était enfin arriver, ils distinguait les palissades de bois de la cité.
Ils allait enfin récupérer ce qui leur était du...
L'impatience grimpait dans les rang.
Pendant se temps a 600 mètre de la Ferden et Athan dormait
a poing fermer, inconscient de ce qui les attendait...
Les animaux fuyait les environs, le temps semblait se figer...
Les "D" était la, il fallait trembler!

_________________
contrôle absolu
maitre créateur
Admin

poésie Marchombre

Vidéos Zelda


Dernière édition par Admin le Dim 13 Sep 2009, 02:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.zelda-forum.net
Admin
Roi(eine) d'Hyrule
Roi(eine) d'Hyrule
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2499
Age : 24
Localisation : dans le grand chateau Administrehus XVI!!
Date d'inscription : 14/10/2006

MessageSujet: Re: Fic de Admin   Lun 27 Oct 2008, 00:40

4 - L'attaque surprise!


Ferden dormait bercé par les bruits sauvages de la nuit et le léger courant d'air
frais qui passait par sa fenêtre et lui caressait la joue.
Le silence de la nuit, ce brisa par un lourd craquement sonore...
Ferden se réveilla en sursaut, paniqué.
Son cœur bâtit très vite puis se calma...
Au bout d'une poignée de secondes il décida de se rendormir.
Il s'allongea, vida son esprit et se recouvrit de sa couverture...
Il allait réussir quand un deuxième éclatement lui arriva dans les oreilles.
Ferden cru reconnaitre le bruit d'une maison qui s'écroule mais il n'en était pas sur.
Il se leva et se dirigea vers la fenêtre de sa chambre pour voir ce qu'il ce passait.

La ville semblait paisible, les étoiles brillait bien haut mais il distinguait deux incendie.
Voila se qui avait provoquer se raffut, il fut soulager et décida d'aller se coucher a nouveau.
Cependant il n'eut pas le temps de tourner la tête de la fenêtre qu'une énorme boule de feu large comme
un charrette de commerce traversa le ciel.
Elle décrivit une trajectoire en courbe et s'écrasa avec une force bien plus importante que les deux éclatements
précédant sur la grande bâtisse qui se trouvait non loin de la ou il était.
Les pensées de Ferden passèrent de la sérénité a la peur, de la peur a la
haine.
Quelqu'un ou quelque chose allait lui gâcher son tournoi il en était certain.
Il allait exploser de rage quand une main amicale se posa sur son épaule...

Athan était debout, le deuxième craquement l'avait réveiller et il s'était levé en voyant son ami
a la fenêtre.
Que se passait il?
Il ne pouvait le dire mais il était certain que c'était grave.
Il calma Ferden et l'interrogea d'une voix remplit de doute est de crainte:
-C'est quoi se raffut Ferden, tu as une idée?
Évidement Athan n'attendait pas de réponse aussi fut il très surpris de voir son ami
lui dire d'une voix étranglée:
-C'est une attaque Athan. Il y a une force maléfique a l'ouest qui est en train
de catapulter des rocs sur la ville!
Il allait ramener Ferden a la raison quand son esprit le ravisa.
Après tout c'était logique il ne pouvait y avoir d'autre raison!
Il ordonna tout simplement a Ferden:
-Prend tes affaires, des vivres et de quoi tenir le coup.
On fous le camp Ferden!
Les craquements continuait de résonner dans la ville, il fallait se dépêcher.

Les deux enfants avaient une grande maturité pour leurs ages mais ils n'étaient pas encore
très débrouillard.
Ils durent réveiller Helund pour lui expliquer la situation et il leur indiqua ou se
trouvait tout ce dont ils avaient besoin.
Évidement ils ne se posèrent même pas la question pour savoir si c'était normal
que Helund ait cru leur récit sans évoquer d'autre théorie ou leur expliquer
qu'ils divaguait.
Pour eux une seule chose comptait, s'armer de courage et se préparer a survivre.
Depuis la maison ils remplirent deux sacoches.
Lorsque elles furent pleine du pain Azeth que Helund avait dénichée et d'autres vivres
qui se conservent longtemps il décidèrent de quitter la maison et elle leur expliqua
qu'elle avait une chose très importante a faire sans eux.
Ils s'élancèrent sur le palier de la maison mais furent arrêté par un autre probleme
majeur.
Des pluies de flèches s'abattaient dans les rue tuant tout ceux qui sortait
sans faire attention!

Ils cherchèrent des yeux une solution et d'un accord commun il s'élancèrent vers la forge.
La bas ils "empruntèrent" une plaque de métal capable de les couvrir tous les deux et
après avoir réussi tant bien que mal a la soulever ils purent enfin se glisser dessous et être a l'abri des pluies mortelles.
Ils se dirigèrent vers les portes ouest ou une garnison avait pris place et ils se proposèrent
pour aider a la défense de la ville.
Les soldat leur montrèrent les échelles pour grimper en haut de la palissade ou ils trouveraient
des arcs et des flèches pour lutter.
Ils s'apprêtaient a le faire ensemble quand une présence familière les interpela:
-Athan, Ferden ou comptez vous allez ainsi?
Ils furent si surpris que la plaque de métal tomba par terre, provoquant un bruit terrible.
De tout son être Athan remercia le ciel de lui avoir amener son père!

Helund était le chef de l'armée de la ville.
Ferden ne le savait pas et Athan était bien trop modeste pour le lui dire.
Aussi lorsque tout les soldats s'inclinèrent Ferden fit une mine affreusement
hilarante de surprise et d'admiration!
Lorsque les soldats comprirent que les enfants qu'ils allaient envoyer a l'abattoir
de la muraille était pour l'un le fils du stratège et pour l'autre un de ses bon ami ils
devinrent blanc écarlate, imaginant la sanction qui les aurait attendu.
Pendant plusieurs dizaines de secondes Helund régla quelques compte avec eux et
revint vers Ferden et Athan.
Helund confia une épée a Athan et un arc a Ferden mais il leur indiqua
que la ou ils iraient serait la porte de l'est pour fuir la ville et non combattre.
Il leur confia aussi les clef d'une maison a Nor'Enhen, capitale du royaume et
une somme de 120 Edyr communément appelé pièce d'or et dont chacune d'entre
elles valaient 25 pièce de bronze.

Les deux amis se fondirent dans les ruelles et sous les abris pour éviter les flèches
qui continuaient a arriver de partout et les rocs enflammer qui tombaient sinistrement.
Ils étaient deux ombres intouchables.
Il restait encore quelques maisons qui les séparaient de la porte quand Ferden croisa sa mère.
Elle avait une robe grise et semblait bien plus jeune que d'habitude.
Il sentait en elle un changement.
Ils se dirigèrent vers elle et Ferden cria pour couvrir les hurlements agaçants des
gens apeurés:
-Maman! Qu'est ce que tu fais?
Elle tourna la tête le reconnut et se dirigea vers lui elle aussi.
Finalement ils furent ensemble et ils se dirigèrent vers une abri.

Avant que son fils n'est pu dire quoi que se soit Néria entama son monologue:
-Écoute Ferden, il faut que tu sache que depuis 13 ans je t'ai mentit.
Il y a quelques réalités que tu doit connaitre.
Je ne suis pas une femme tout a fait normale.
Comme tu doit surement t'en douter ta magie ne vient pas de nulle part.
Ces choses la sont héréditaires Ferden, ton père était le plus sage des magiciens
et moi je suis la plus âgée, le plus expérimentée et par conséquent l'une des
meilleures.
Ferden resta la réalisant en écoutant qu'il savait déjà tout cela.
-Jusque a tes sept ans je ne t'ai jamais parler en langue commune.
Je t'ai enseigner le Démoniens et j'ai ensuite bloquer ta mémoire pour
que tu ne te souvienne de rien avant ton septième anniversaire jusqu'à ce
que ta mémoire se débloque, ce qui ne peut arriver qu'en lisant du Demoniens.
Ta langue maternelle c'est le Démoniens et tu ne l'a pas oublier.
Tu sais la lire l'écrire et la parler!

Ferden fit rapidement le liens avec le livre du père d'Athan.
Il comprenait maintenant.
et essaya de se souvenir de ce qu'il avait vécu a six ans.
C'était flou et ils n'y avait rien de précis.
Néria continua:
-Tu a un don mais tu es encore jeune, ton pouvoir est faible.
Tu devra trouver une maitre qui t'enseignera la magie.
Elle tourna ensuite son regard vers Athan:
-Toi jeune Rôdeur tu devra trouver un enseignant aussi.
Vous avez tout les deux des dons différents et très complémentaire.
Utilisez les a bon escients, et faites attentions.
Je dois vous laisser mais avant tout je tiens a graver dans vos mémoires
ces deux choses.
Ferden tu est lié a la bague d'Ecreth et a Erthaïr.
Tu ne peut pour le moment comprendre le sens de ces entités mais
bientôt tu le pourra.

Elle continua son discours mais pris un air grave:
-Le peuple qui nous attaque sont des Démonistes...
Autrefois ils étaient une tribu humaine très peu sociale qui
rêvait de pouvoir et de conquête.
Ils ont été banni des terres et sur six bateau ils sont partit
par la mer.
Plus personne ne les a revu depuis mais ils portent les mêmes
traces de rituels que ceux qui était partit.
Les Démonistes sont de puissants guerrier et ils sont nombreux
desormais...
Ils faut a tout prix les éviter, vous plus que tout les autres!

-Sachez le je reste ici desormais, défendre les Nad'Harien qui se battent.
Vous vous devez survire, ma mission a moi est terminer!
Sur cette phrase elle disparut dans un nuage magique, laissant Athan
et Ferden.
Ils réfléchirent chacun de leur cotés a ce qu'elle leur avait
dit.
Ils restèrent la durant un moment.
Aucun d'entre eux ne put jamais dirent combien de temps mais ce qui
était sur c'est que tout ce qui les entouraient était devenu néant...
La notion du temps leur échappait et pendant plusieurs minutes, plusieurs
heures il restèrent la, pensant a tout ce qu'ils avaient entendus.
Ferden résonna son ami après un certain moment et ordonna de
partir sur le champs.
Ils volèrent encore dans plusieurs maisons déserte des provisions et des objets
divers et finalement arrivèrent a la porte Est!

Elle était grande, en cuivre et en fer, haute comme une maison.
Rien de cela n'aurait été important si elle n'avait pas été fermer.
Ferden ne laissa même pas le temps au garde qu'ils interrogèrent de
répondre qu'il fit apparaitre une mélienne!
Les trois gardes se montrèrent très coopératifs et acceptèrent d'ouvrir la porte
pour eux et tout ceux qui voulaient fuir.
Ils se regardèrent, une complicité dans les yeux.
Les portes s'ouvrirent et les gens passèrent.
Ils décidèrent d'entamer la conversation le temps que le flots humain
soit partit.

Ferden interrogea Athan:
-Finalement quel est le mieux, le tournoi ou ça?
-Tu trouve ça bien toi? Il y a des morts Ferden,
des gens qui perdent tout!
-Oui mais au moins sa rythme un peu l'existence!
Tu crois qu'on aurait été heureux toute notre vie ici!
On va voir du pays et changer notre quotidien.
Et puis le tournois aussi laisse des morts.
-Sur ce point tu a raison Ferden sa va nous changer!
Ils passèrent ainsi quelques heures a discuter des bon points et du mauvais
coté des évènements et lorsque enfin tout le monde était partit ils se dirigèrent vers la porte.

Ils marchèrent vers le Sud-Ouest guidé par le compas stellaire et la
boussole que Ferden avait volé dans une des maisons.
Le ciel était rose, le soleil se levait et dans cette immensité et eux
ils fuyaient leur village natal.
Les rayons perçaient le nature et les feuilles translucides des arbres
était imprégné de la rosé du matin.
Tant de choses s'était passées pendant cette nuit.
Le monde semblait naitre a nouveau, la lumière rayonnait faiblement mais donnait a
la plaine et au quelques arbres présents une couleur de paradis.

Ferden et Athan courraient a travers cette entité, se dirigeant vers un bois.
Les villageois s'éparpillaient, certains seraient tué d'autres survivraient!
Jamais ils n'étaient allés aussi loin de leur maison.
Leur cœur était léger, leur esprit déterminé et leur curiosité
n'avait jamais été si intense.
Se fut ainsi que après avoir marché toute la journée ils arrivèrent dans le bois et
s'y installèrent.
Ils devaient desormais se rendre a Nor'Enhen coute que coute, la menace touchait
tout le royaume d'Enhen...

_________________
contrôle absolu
maitre créateur
Admin

poésie Marchombre

Vidéos Zelda


Dernière édition par Admin le Sam 12 Sep 2009, 03:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.zelda-forum.net
Admin
Roi(eine) d'Hyrule
Roi(eine) d'Hyrule
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2499
Age : 24
Localisation : dans le grand chateau Administrehus XVI!!
Date d'inscription : 14/10/2006

MessageSujet: Re: Fic de Admin   Sam 31 Jan 2009, 03:11

5 - La fuite



Ils sortirent deux long drap de Kérlun, des draps au propriétés stupéfiantes.
Ils les avaient trouves dans une des maisons et ils avaient eu de la chance puisque parmi tout les tissus de création humaine le Kérlun était le seul a être si bien cousu qu'il en devenait imperméable!
Effectivement on le savait doté de quatre épaisseurs et l'eau ne pouvait tout simplement pas s'y infiltrer.
Il s'installèrent sur la mousse afin de ne pas trop souffrir lorsque ils s'endormiraient.
Chacun de leur cote ils redoutaient deux choses, les démonistes et la pluie!
si il pleuvait pendant qu'ils dormait il perdrait des provisions et serrait simplement trempées.
Ils ne firent pas de feu, la menace démoniste planait dans l'air...

La nuit se déroula sans incidents majeur, la foret était une masse grouillante d'activité.
Les insectes et les oiseau nocturnes chassaient. Certains mammifères dormait et parmi eux
Ferden et Athan plus que tout les autres.
La lune était totalement invisible et le noir complet tomba sur la nuit.
Plusieurs patrouille démonistes passèrent a une vingtaine de mètre sans trouver les deux adolescents...
Plusieurs fois Athan se réveilla par la faute d'un hiboux qui aurait mieux fait d'aller ailleurs.
Lorsque enfin le soleil pointa, les deux amis mirent un certain temps a se rappeler qu'ils n'étaient pas a Nad'hamar, ils se réveillèrent avec un gout amer dans la bouche.

Le réveil ne dura pas longtemps.
Ils rangèrent rapidement leurs affaires et s'apprêtèrent a partir.
Après maintes réflexions sur le chemin a prendre pour trouver la capitale sans être attraper par
les démonistes ils s'élancèrent a travers le bois.
Ils voyagèrent toute la matinée et finalement se fut Ferden qui ordonna a Athan de s'arrêter lorsque le soleil
dardait de ses rayons en son apogée.
Effectivement même si la couche végétale des arbres les protégeait en partit, le soleil devenait un ennemi naturel
surtout qu'en cet saison la température était élevée.
Ils bivouaquèrent en silence, échangèrent quelques mots mais rien de tres concrets.
Ils ne voulaient pas parler, ils ne le pouvaient pas.
Leurs gourdes d'eau était déjà a moitie vide et ils leur restait encore un bonne distance a parcourir.

Ils se penchèrent vers leur problèmes majeurs, comment allaient ils une fois sortit du bois trouver leur direction.
Ils n'avaient pas de carte et une direction a la boussole très approximative.
Malgré ces inconvénients ils reprirent la route, car après tout, rester dans ces bois plus longtemps non plus
ne leur inspirait pas confiance.
Ils arrivèrent finalement a l'orée est de la foret et se fut un grand soulagement pour Ferden et son compagnon
de changer enfin de décor.
En chemin, vers la fin de la journée ils rencontrèrent un paysan qui avait été chasser de son village par une
horde de démoniste.
Il semblait a bout de force et ce fut avec peine que Ferden osa l'interroger.
Une interrogation simple mais qui en ces temps pouvait prendre du temps et rappeler a l'interroger des souvenirs
malheureux qu'il aurait mieux fait de ne pas se rappeler.
Toutefois, ce dernier bien qu'il fut dans une peine intense, leur expliqua brièvement:
-Ils ont tout détruit, il ne reste plus rien du village...
Vous y croyez a ça?
Il s'arrêta, réalisant ce qu'il disait puis repris:
-Ma ferme, mes vaches et mon moulin!!
Ils l'ont réduite en poussière! Avec leurs machines infernales qui envoient des roche enflammés!

Ferden resta septique, était il possible que l'armée de milliers d'hommes qui avait attaquer Nad'Hamar ne sois
qu'une des garnison.
Il ne put s'empêcher d'interroger le paysan:
-Vous voulez dire qu'une troupe a attaquer votre village?
-Une troupe! Ah non mon garçon, ils étaient des centaines.
Peut être des milliers, ils ont tuer deux de mes amis et ma femme n'as pu s'enfuir.
Il s'arrêta net, le supplice qu'il avait endurer lorsque il avait découvert le corps de sa bien aimée raide morte
se ranima en lui et il s'écoula une minute sans que rien ne vienne interrompre les sanglots de l'homme.
Lorsque après quelques temps il eut enfin vaincu sa peine il parvint a répondre:
Non je te le dit ce n'était pas une troupe mais une armée!
les deux adolescents pâlirent. Comment un peuple pouvait il posséder une si grosse force militaire après
seulement cinq cents ans?
Se fut au tour de Athan d'avoir des doutes:
-Et ces guerriers, ils étaient couvert de sacrifices rouges sur le torse et la tete?
Avaient ils une armure au jambes et une heaume de couleur granit?
-Oui exactement, et certains ne portaient rien au torse pour montrer leurs marques!

La réponse fut fatale et elles écrasa toute autre possibilités dans leurs têtes.
Les démonistes opéraient dans tout le pays et apparemment ils n'étaient pas un seul régiment mais biens
plusieurs dizaines...
La nouvelle ne réconforta pas non plus le paysan lorsque les deux garçons lui expliquèrent leur craintes.
Après avoir longtemps discuter des diverses choses qui étaient advenue et qui pourraient arriver, ils se séparèrent.
Bien que l'homme sois d'une générosité extrême il valait mieux qu'ils voyagent a deux car la route ne serais pas
sur et ils devaient rester autonome.
Ainsi après de brefs aurevoirs, leurs chemins se séparèrent et les deux amis se retrouvèrent de nouveau seuls dans
l'étendue verdoyante de la plaine.
Nor'Enhen n'était plus très loin et ils le savaient tout le deux.
Encore un ou deux jours de voyage et ils y seraient.
Et même si cela devait durer plus longtemps ils n'étaient pas presser et les démoniste étaient loin derrière.
Ferden imposa une pause lorsque le soleil eut fini de se coucher et ils se réfugièrent a l'ombre de deux arbres dans la plaine.
Ils dinèrent dans la bonne humeur et furent repus lorsque ils arrivèrent a se glisser dans leurs draps.
Aucun d'entre eux ne pus voir arriver les ombres qui allaient attaquer.

Le chefs des brigands ordonna a deux de ces larbins de tuer les garçons.
Quel aubaine ces démonistes qui faisaient venir les gens sur la route pour la capitale sa lui faisait un sacré butin.
Et en plus aucun ne savait se défendre comme les voyageurs normaux en avaient l'habitude, tous étaient des habitants ou des paysans en fuite.
Les deux jeunes gens dormait, ils ne semblait pas avoir grand chose de valeur et le noir ne permettait pas de se faire une
idée de leurs richesses.
Enfin cela ne changerait rien.
-Gurt! chuchota le chef.
-Oui patron? répondit celui si tout aussi discrètement?
-Fouille donc leurs affaires.
Ce fut cette phrase qui tira Athan de son sommeil a peine commencer.
Il savait presque entièrement se qui se passait tant il l'avais redouter tout
au long du voyage.
Il ouvrit un œil et découvrit la somptueuse dague du tueur charger de l'abbatre.
Délicatement, il fit glisser l'avant de son bras sur le sol, il saisi un cailloux et le jeta au loin provoquant un petit craquement sonore.
Son agresseur se retourna saisi par la peur, Athan pu enfin agir.

D'un bond il sauta sur son épée, la dégaina en quelques secondes et l'enfonça sans broncher dans le ventre de son
adversaire qui n'avait rien vu dans la pénombre aveuglante.
Le bandit mourut sur le coup.
Il courut sauver Ferden mais l'assassin de son ami était déjà a terre, la mélienne ayant eu un effet plutôt
radical.
Chance pour eux, les brigands n'étaient que des amateurs et grace a leurs reflexes ils se reveillerent a temps mais cela ils ne le devaient qu'a la chance.
Toutefois lorsque les deux amis se retrouvèrent face au deux derniers de leurs agresseur une sueur froide leur traversa le dos.
Allaient ils descendre d'une simple coup d'épée ou d'une boule magique ces brigands sans leur laisser la moindre chance?
Ferden n'hésita pas quand un des brigands tenta une action désespérée et il l'abattit sur le coup.
Le chef lui était debout et dernier contre deux garçons qui venait de réduire a néant son entreprise.
Une colère terrible grondait en lui mais son esprit repris le dessus et il proposa au garçons une tentative désespérée.
Ferden ria, s'apprêta a le tuer mais Athan l'interrompit.

Un défi, pourquoi pas après tout, Ferden accepta!
Toutefois Ferden fixa rapidement les règles.
Si le bandit gagnait il pourrais s'enfuir et serait epargner.
Sinon, Athan et lui déciderait de son sort.
Dans ces contrées, donner la mort n'était pas un crime.
Cependant, lorsque quelqu'un était tué, il fallait une raison valable.
Ainsi l'assassinat était prohibé mais les défis a mort ou la légitime défense ne l'étaient pas même pour des jeunes gens comme eux.
Athan se saisis d'une épée et son adversaire sortit sa dague.
La dague amusa Athan qui se demanda comment on pouvait se battre avec une lame si petite.
Le défis commença et Athan fis face a un genre très différent de ce qu'il avait l'habitude d'affronter.
L'homme para plusieurs coups aisément se glissa sur le cote decrivant un coup sur le flanc.
Le combat ne dura pas mais chaque seconde semblait une année.
Finalement Athan s'effondra une lame plantée dans la cuisse et mis toute son energie a ne pas hurler pour éviter
d'avertir les autres brigands au alentours de leur présence.
Ferden fis apparaitre une mélienne et l'homme comprit qu'il devait s'enfuir. Il s'executa sans demander son reste.

Athan se releva avec l'aide de son ami.
Ils firent un bandage et même si il boitait Athan, solide comme un roc tiendrait le coup.
Cette blessure porta un coup très dur a son moral, plus qu'a son physique car elle n'avait touché aucun muscle important.
La défaite fut si banale. Il ne pouvait se résoudre a penser que ce bandit était plus fort que lui.
Toutefois il dut remettre cette question a un peu plus tard car les problèmes arrivaient, ils devaient remballer et marcher
vers la capitale avant que le bandit ne revienne avec des renforts
Il prirent moins d'une minute a tout défaire et se mirent en route.
Ferden trouva une branche solide qu'il donna comme appui a son ami et ils repartirent ayant bien pris soin de bander
la plaie.
Malgré la douleur Athan ne bronchait pas mais il ne pus retenir sa question et interrogea Ferden:
-Dis moi Ferden, tu pense sincèrement que j'était moins fort que ce type.
-Je pense que la force n'est pas l'unique chose que tu doit maitriser.
Il a été plus rapide et plus agile c'est pour cela qu'il t'a eu.
Athan ne répondit pas mais avait bien compris les paroles...

Pendant la journée entière ils marchèrent et finalement ils arrivèrent devant la majestueuse porte de la cite de Nor'Enhen.
La ville ne ressemblait en rien a Nad'Hamar. Ferden fus surpris et Athan impressionner.
Ils se rendirent tout les deux dans la maison qu'avait indiquer le père d'Athan.
Après une petite marche a travers la villes ils arrivèrent. ils entrèrent.
la pièce était petite et retranché mais les lits étaient fais et il y régnait une atmosphère agréable.
Ferden et Athan s'assirent chacun sur leurs lits respectifs et décidèrent d'entamer la conversation.
Au moment ou les lèvres de Ferden s'ouvrirent pour dire quelque chose, Athan se leva et sorti son épée.
Il cria:
-Qui que vous soyez sortez, et expliquez ce que vous faites ici.
-Du calme je suis aussi chez moi jeune homme.
-Que voulez vous.
-Rien je venais dormir ici cette nuit c'est la maison d'un ami!
Une lueur s'alluma dans les yeux d'Athan.
-Vous connaissez mon père?
-Ton père...
Il réfléchis un court instant, une lueur s'alluma dans ses yeux.
-Voila enfin une chose ou Hélund a su m'impressionner.
Ainsi tu est le fils de Hélund?
-Exact.
-Eh bien... Mais la fin de la phrase il ne la garda que pour lui et il pensait explicitement:
"Ton entrainement peut donc commencer jeune Rôdeur..."!

_________________
contrôle absolu
maitre créateur
Admin

poésie Marchombre

Vidéos Zelda
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.zelda-forum.net
Admin
Roi(eine) d'Hyrule
Roi(eine) d'Hyrule
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2499
Age : 24
Localisation : dans le grand chateau Administrehus XVI!!
Date d'inscription : 14/10/2006

MessageSujet: Chapitre 6   Sam 12 Sep 2009, 10:02

6 - Nor'Enhen

Gahaï avait attendu toute la nuit sans dormir. Il avait environs 43 ans et n'avait jamais
été aussi impatient de sa vie.
A dix mètres de lui, dans la chambre principale, le fils d'Hélund dormait tranquillement.
Assis sur un fauteuil, tandis qu'il aiguisait sa lame, il se remémora les évènements de la nuit précédente.
Ferden, le jeune garçon qui accompagnait Athan avait commencer par discuter avec lui.
-Connaitre Hélund ne vous rend pas digne de confiance, nous ne savons toujours pas qui vous êtes.
Il avait répondu avec une autorité claquante.
-Apprend le respect, bonhomme si tu désire garder l'usage de ta langue pour le reste de ta vie.
Athan était intervenu:
-Il est tard, nous arrivons d'un long chemin depuis Nad'Hamar et il est normal que nous soyons surpris par la présence de quelqu'un dans la maison de mon père...
-C'est plutôt moi qui devrait être surpris, que faites vous a une tel heure si loin de chez vous.
La phrase avait crée un vide dans la conversation.
Cette question, Ferden et Athan se la posait tout les soirs depuis l'attaque.
Et la réponse, ils n'en avait pas.

Le froid passa et Ferden décida de couper-court au hostilité, il imposa a tout le monde d'aller se coucher.
Cela simplement en prétextant que la fatigue les rendait incapable d'avoir un débat serein.
-Allons nous coucher et faites de même cela vaudra mieux.
Nous reprendrons ce débat demain matin, lorsque il fera plus clair.
Le garçon avait donner un ordre. Et lui Gahaï, rôdeur de l'ordre avait reçu l'ordre.
Il n'en revenait toujours pas. Cet ordre lui avait martelé l'esprit durant toute la soirée.
Normalement, il aurait du tuer un gamin qui osait lui donner un ordre, peut-être pas le tuer mais cela n'aurait pas du rester impuni.
Non seulement il n'avait pas lever le petit doigt sur le gamin, mais en plus il avait obéi.
Obéi, c'était vite dit. Il n'avait pas fermé l'œil de la nuit, de peur d'obéir a l'ordre du gamin.
Enfin il y avais quelques heures, il s'était calmé, il avait repris ces esprits.
Le compagnon d'Athan ne devait pas être une personne ordinaire non plus avait il conclut.

Lorsque enfin Athan émergea de son sommeil il eut une agréable surprise.
Il sentait de la paume de sa main la surface douce du matelas de son lit.
Cela était tellement plus confortable que la surface de la terre ou il avait dormi ces derniers jours.
Il fit remonter sa main vers son oreiller, la encore il fut surpris de découvrir a quel point il était confortable d'avoir un vrai lit.
Il patienta ainsi pendant un petit moment, profitant des sensations que lui offrait la finesse de sa couverture.
Ce fut le réveil de Ferden qui le tira lui même du lit.
Ferden dormait dans le lit d'en face, a coté de la fenêtre.
Ce dernier sortit du lit et Athan fit de même.
Ils quittèrent la chambre, en direction de la salle principale.
La maison était étriqué, trois chambres, un garde manger et une salle principale ou se trouvait une grande table et de grands sièges.
Elle n'était pas faite pour y vivre, c'était un refuge temporaire.
L'architecture elle même incarnait un style particulier, celui de l'abri.
On sentait a travers ces murs que cette maison ne pouvait être habité très longtemps.

Athan et Ferden se dirigèrent vers le garde manger ou ils trouvèrent du pain frais et deux abricots.
Ils mangèrent, et Gahaï fit son apparition au milieu de leur repas.
-Alors, vous êtes prêts a discuter aujourd'hui.
Ferden se retourna, lui offrit un regard amical et affirma que oui.
-Je suis Gahaï, un ami de votre père.
J'appartiens a la société des rôdeurs, un ordre reconnu qui apprend au plus jeunes a manier les lames courtes.
Notre identité est connue de tous, tout comme la confrérie des guerriers et la guilde d'Enhen.
Nous avons pour but d'apprendre le maniement des lames courtes a ceux qui le désire.
L'apprentissage prend 1 mois environs, ensuite si la personne désire devenir membre de l'ordre il ne pourra pas être membre d'une autre guilde.
Gahaï laissa au deux garçons le temps d'assimiler ses paroles puis repris.
-Je ne dis pas tout cela par hasard, il se peut que tu ais un certain potentiel Athan.
Athan fus légèrement surpris, Gahaï ne l'avais jamais vu se battre, ils ne se connaissait même pas.
-Je voudrais te tester, si tu es d'accord nous irons nous entrainer ensemble au Grand Dojo de la ville.
Toi Ferden, je doute que tu sois un escrimeur, aussi je pense que tu devrais occuper tes journées comme tu le peut.

Ferden avait entendu ce que le rôdeur avait dit, "occuper ces journées comme il le pouvait".
Il avait aussi retenu les mots "Guilde d'Enhen".
Les guildes étaient souvent les lieux de réunion des mages.
Il interrompit Gahaï qui s'apprêtait a partir avec Athan pour l'entrainer.
-Vous avez parler de la guilde d'Enhen, de quoi s'agit t'il?
Le rôdeur se retourna.
-Il s'agit d'une organisation de mages, tu désire apprendre la magie?
Ferden voulut répondre "Je connais la magie" mais s'en empêcha.
Il ne connaissait rien d'autre que la mélienne.
-Oui, j'aimerai beaucoup l'apprendre.
La réponse agaça le rôdeur, apprendre la magie était difficile.
Le garçon était trop vieux, il serait surement refusé.
-Très bien, je t'y emmène, c'est sur mon chemin, finit il par dire.

Ils sortirent de la maison, la ville leur offrit alors toutes ces merveilles.
Les batiments étaient haut de plusieurs étages, les rues étaient bondées de monde.
Ça grouillait, ça criait, la rue émettait un bourdonnement continu.
La ville vivait. Ferden s'émerveilla devant la hauteur des batiments.
Le trajet ne dura pas longtemps, mais a chaque coin de rue se cachait une nouveauté a découvrir.
Des marchands de tissus ou de pierres précieuses exposait des vitrines somptueuses.
Un homme distribuait des papiers, il criait plus fort que tout les autres.
Nad'Hamar était une citée bien sinistre comparée a Nad'Enhen.
Ferden se ravisa, corrigea sa pensé.
Nad'hamar n'était plus une citée, c'était un champ de ruine...

Ils arrivèrent devant une battisse, plus imposante, plus intimidante et démesurément grandiose.
Les murs étaient en caillasse cendré, de gros fragment que trois homme n'aurait pas pu porter.
Les extrémités étaient fortifié par deux tourelles majestueuse, plus élevée que tout les autres batiments dans la périphérie.
C'était la guilde des mages d'Enhen, on aurait dit une forteresse tant elle semblait abrité.
Gahaï entra avec lui, Athan les attendit dehors.
Ils passèrent par une porte en chêne, Athan lui même n'aurait pas pu toucher le haut.
Un vieil homme les accueillis.
-Que me vaut une telle visite mon cher Gahaï.
-Ce jeune homme désire apprendre la magie.
-Il est un peu vieux, très vieux même.
A t'il fais preuve de signes particulier.
Gahaï s'irrita. Il pensait que le garçon n'avait aucun talent particulier.
Il s'apprêta a répondre que non puis un frisson lui glaça le sang.
Derrière lui, Ferden avait fait une mélienne.
Le vieil homme fit une mine révéla une mine admirative.
-Eh bien, cela me semble être le signe d'un certain talent pour la magie.

Ferden fut soulager.
Le vieil homme avait clairement montrer qu'il était accepté.
Il fit disparaitre la mélienne comme a son habitude.
Le vieil homme fit une mine terrible.
-Mais enfin que fais tu!?! s'écria t'il.
Ferden fut surpris. il n'avait pas fait de mal, mais la question s'adressait a lui.
-Eh bien, rien je...avait
-Tu a laisser s'échapper ton énergie...
Un magicien ne doit jamais laisser une mélienne s'échapper.
Tu ne pourras sans doute plus en faire d'autre durant la journée et nous
allons reporter ton entrainement a demain...
En guise de réponse, une mélienne plus puissante encore jaillit dans la main
droite de Ferden.
Le vieil homme susurra:
-Quel potentiel...
Il m'a bien eu...
Ferden fit a nouveau disparaitre la mélienne.
Gahaï explosa de rire, le vieux maitre lui ne ria pas du tout.
Il invita Ferden a se rendre dans la salle d'entrainement, au bout du couloir et salua Gahaï.

La salle d'entrainement était vaste et vide.
Le sol fait de parquet. Il n'y avait rien dans la salle.
seul au milieu, une rangée de 6 anneaux de couleurs différentes.
Le premier était d'un métal jaune large d'environs la moitié de Ferden, le deuxième aussi jaune, était plus petit.
Le troisième était d'un métal gris tout comme le quatrième.
Le cinquième se trouvait être gris foncé, et le dernier a peine plus large qu'un poing fermé brillait d'un éclat bleuâtre.
Le vieil homme regarda Ferden:
-Je me nomme Arthur, je suis le maitre de la guilde d'Enhen.
Les méliennes que tu a faites sont plutôt, impressionnantes...
Toutefois je n'ai pas compris, tu n'a pas récupérer l'énergie de tes méliennes.
Ferden parus surpris:
-Récupérer l'énergie?
-Oui, lorsque tu crée une mélienne tu utilise une partie de ton pouvoir.
Ce pouvoir, tu ne le récupère pas, tu le disperse simplement dans la nature.
Par ce geste, tu gaspille une importante quantité d'énergie.
-Mais, que puis-je faire d'autre.
-C'est très simple, aspire la mélienne.
Pour expliquer ce qu'il venait de dire, Arthur s'exécuta.

Il fit apparaitre une mélienne dans la paume de sa main.
Il posa ensuite sa main sur son torse et la mélienne fusionna avec son corps.
Ferden imita les gestes du vieil homme, il créa une mélienne.
Comme lorsque a chaque fois qu'il faisait une mélienne, il lui semblait avoir fait un léger exercice physique.
Puis il appliqua délicatement la mélienne sur sa peau jusqu'à la faire rentrer complètement dans son corps.
l'énergie qu'il avait utilisé pour faire la mélienne réapparut dans son esprit.
C'était comme-ci il n'avait rien fait, il se sentait exactement comme avant.
Sauf qu'il avait bien fait quelque chose.
-Tu comprend, tu gâchait ton énergie a force de laisser la mélienne disparaitre...
Il ne répondit même pas.
Il avait compris.
-Passons au test de puissance, je veut que tu utilise une mélienne sur ces anneaux.
Fais la passer au centre des cercles.
Tu n'as qu'un seul essai pour aujourd'hui
Ferden s'exécuta. Il fit apparaitre la mélienne dans le creux de sa main.
Il la lança au milieu des anneaux.
La mélienne arriva au premier et freina sa course, elle grésillait puissamment et
elle passa difficilement au centre.
Le deuxième fut encore plus difficile.
Au troisième, Ferden comprit que la mélienne utilisait son énergie.
Au quatrième, la mélienne était minuscule, il ne restait presque plus de magie.
C'est alors que Ferden leva la main, par instinct et un long fil de magie en jaillit pour aller rejoindre la mélienne, celle-ci repris sa forme initiale.
Elle passa le quatrième anneau.
Ferden tomba a terre, il sentait son énergie sortir de lui.
Il garda la main levée, malgré la douleur.

Un fil de magie était tissé entre la main droite de Ferden et la mélienne.
Le fil était bleu et jaune, l'énergie y circulait très rapidement.
La mélienne passa enfin le cinquième anneaux, et lorsque elle arriva au sixième,
disparut sur le coup.
Le fil se volatilisa, Le temps se figea et une seconde après, Ferden s'écroula.
Le vieil homme avait les larmes au yeux, l'enfant était un prodige.
Il courut chercher de l'aide.
Ferden avait les yeux fermés, il était complètement inconscient.
Il se souviendrait longtemps du métal bleu qui en l'espace d'un fragment de seconde l'avait simplement vidée des dernières quantités de magie qu'il possédait...

_________________
contrôle absolu
maitre créateur
Admin

poésie Marchombre

Vidéos Zelda
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.zelda-forum.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fic de Admin   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fic de Admin
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum de Zelda :: Fan :: Fan fic-
Sauter vers: